FPV, VDP et voltige.

Encore une fois Steve Lange fait preuve d’audace et de créativité :

Il pratique maintenant la voltige planeur en pilotant seulement avec l’image de la caméra embarquée.
Et ceci en vol de pente avec le déjà incontournable planeur en mousse « ahi »:

Steve utilise cette caméra équipée d’un émetteur en 5.8GHz, développée pour le FPV de petits drones.

Associée à cette caméra, une paire de lunettes performantes : des Spektrum Focal DVR Goggles.

Elles peuvent être combinées avec un capteur de position pour faire du headtracking via un émetteur Spektrum. Cet émetteur transmet le signal de commande de positionnement des servos de la caméra embarquée. Le manuel de ces lunettes est ici avec une partie en français particulièrement bien explicite.

Pas si simple:

Il faut souligner que l’audace est de voltiger avec le seul repérage en FPV. Ce n’est pas si simple, surtout quand on est habitué à voltiger et à piloter depuis l’extérieur du modèle. Ce que fait très bien Steve.
La fin de la vidéo montre d’ailleurs l’explosion de joie de ses deux fils et de lui-même. Ses fils qui le filment et savent aussi déjà bien piloter, l’aident dans cette manipe qui deviendra surement banale avec l’expérience.

Au siècle dernier…

Transmettre des images depuis un planeur n’est évidemment pas nouveau : j’ai réalisé cette manipe en 1992 avec une caméra XC-999P Sony dite « la paluche »*. J’y avais associé un émetteur et un récepteur de ma fabrication en 1.2GHz. Le moniteur vidéo était un récepteur portatif Sony avec une batterie NiCd. Le tout avait été monté avec le planeur dans un sac à dos au Mont Clocher dans le Beaufortain, où j’ai emmené piloter Steve 25 ans après !

Un pilote parisien, aujourd’hui émigré à Annecy, lui aussi excellent voltigeur, Dominique M. s’en souvient encore. Il avait la tête sous l’anorak pour observer l’image transmise depuis l’ASW19 de 4m que j’utilisais comme vecteur. « On se croirait à bord !» s’était-il exclamé. Nous avons plusieurs années après, fait équipe en F5B (planeurs électrique de vitesse et de durée). A l’époque les pilotes ne disposaient pas de tout le matériel actuel, économique, facilement accessible et surtout aussi performant en termes de visualisation et de légèreté.

Un peu de technique :

Il faut souligner que ce type de pilotage doit être réalisé avec de bonnes conditions de sécurité : le visionnage doit être parfait, d’où l’utilisation de véritables lunettes de visualisation, confortables et de bonne définition. Ici l’image peut être affichée en 4*3 ou en 16*9, avec une définition théorique (définition de l’écran mais pas forcément de l’image affichée) de respectivement 640*480 pixels ou 800*480 pixels. Un test sur mire optique permettrait de contrôler toute la chaîne entre la capture, la transmission et le visionnement. Mais ce matériel est de bonne orientation. La transmission se fait bien évidemment en 5.8 GHz, donc sans perturber le 2.4GHz de la télécommande. Les antennes Tx et Rx sont omnidirectionnelles, ce qui est indispensable en voltige. Pour plus de portée, bien respecter la cohérence de polarisation en cas d’utilisation d’antennes polarisées référencées dans la notice Spektrum. La puissance de l’émetteur est réglable. Attention, certaines des puissances disponibles ne sont pas autorisées sans avoir une licence spécifique… La transmission se fait en codage NTSC ou PAL. Ce codage analogique réduit quelque peu la définition réelle de l’image visualisée. Il ne faut pas confondre le nombre de pixels affichables à l’écran (verticalement et horizontalement) et la définition finale de l’image visualisée. Au vu de l’ignorance des utilisateurs, les fournisseurs ont beau jeu d’afficher des performances incontrôlables par la plupart des pilotes potentiels. C’est comme pour les tests de servos ! Néanmoins, l’avantage du codage analogique est l’absence de latence de l’image. Cette latence variable, propre aux équipements numériques peut vite devenir une source d’erreurs temporelles de perception conduisant à un pilotage imprécis donc dangereux.
Soulignons aussi que la caméra et son émetteur sont alimentés par la batterie de réception (5V).

Préparation sérieuse :

Steve a développé progressivement ce savoir-faire original: d’abord au simulateur durant de longues heures, afin de s’assurer d’un pilotage sécurisé en FPV. Puis il a testé sur un modèle plus calme le FPV avec headtracking : le modèle est un Radian en mousse et la vidéo du vol est ici :

L’affichage OSD est mis à jour depuis le premier vol  et l’aile volante suivie par le Radian est celle de son fils.

Steve souligne l’émotion intense provoquée par ce type de pilotage et annonce des développements futurs : si le FPV à bord de l’ahi était avec une caméra fixe, donnant une référence de base, il envisage de pratiquer la voltige avec un capteur de position de sa tête afin de faire pivoter la caméra en suivant sa tête. La voltige silencieuse pratiquée en FPV deviendra probablement une activité à part entière à condition de rassembler le matériel le mieux adapté, pour un prix accessible. Mais il faudra pratiquer de façon responsable dans des lieux sécurisés. Ce qui peut se faire en indoor, n’est pas forcément pertinent en plein air. L’aide d’un pilote accompagnant en double commande le pilotage en FPV est surement à envisager.

Donnons la parole à Steve : « J’ai passé de nombreuses heures avec des simulateurs de vol, donc la transition vers le pilotage vidéo est très confortable pour moi, mais sans les indices visuels normaux, les acrobaties aériennes et surtout VTPR sont vraiment une nouvelle expérience et un énorme défi. Cela a été aggravé par le fait que les conditions de portance étaient assez faibles, ce qui signifie que j’avais très peu de marge de manœuvre pour prendre des risques ou faire des erreurs. Dans des conditions plus fortes, ce serait beaucoup plus confortable.

Dans l’ensemble, la sensation de vitesse – très intense sur l’ Ahi  est augmentée par le grand angle et la basse altitude, rendant la sensation extrêmement exaltante. J’en profite un peu, bien que parfois cela produit beaucoup d’adrénaline – quelque chose que j’éprouve rarement en vol acrobatique. »

*La « paluche » a été popularisée par Jean Luc Godard qui avait inventé l’emploi de ce type de caméra développée à Grenoble, quand il créait des vidéos d’action sociale dans les années 1970/1980. La nature du matériel de tournage influence en effet le récit par la relation avec la camera, ici devenue très discrète…

Publicités

2 réflexions sur “FPV, VDP et voltige.

  1. Dreamcatcher dit :

    J’ai pratiqué le vol de pente en FPV à quelques reprises l’an dernier « pour voir » : Les tests ont été faits sur une mousse de 2m portant une Mobius + son berceau VTX. Ça se fait bien tant qu’on fait des 8 le long de la pente, comme le fait Steve sur sa vidéo, car on garde quasiment tout le temps le repère de la ligne de crête qui nous donne un repère visuel d’altitude et de vitesse / sol. Par contre dès qu’on part chasser la bulle devant la pente ou qu’on monte bien au dessus, on perd tout ces repères et sans un affichage OSD dans les lunettes, il devient très difficile, voire impossible de savoir si le planeur monte ou descend et d’estimer sa vitesse de vol.
    Par contre c’est vraiment très sympa de voir « sa » pente autrement !

    J'aime

  2. mikaeromodelisme dit :

    Bonjour François,
    Pour expérimenter depuis quelques temps l’immersion avec les modèles destinés au « vol à vue », je rejoins totalement les retours de Steeve concernant l’exaltation suscitée par cette nouvelle discipline. Planeuriste avant tout, je suis confronté aux écueils bien légitimes de la cohabitation entre modélistes et « FPVistes ». Je te suis aussi lorsque tu parles d’une activité en devenir qui modifiera des repères historiques.
    Merci à toi de nous faire goûter à l’évolution des pratiques, du matériel et potentialités qui s’offrent à notre hobby.

    Bien à toi,
    Mika.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s