L’Alibi

MINOLTA DIGITAL CAMERA

Depuis un Alibi, le Chapeau de Calvin. Au fond l’Obiou et le col de Faïsse.

L’Alibi est le planeur école employé dans les stages de pilotage de l’association « Copilotes » . Il a été spécialement développé pour apprendre le pilotage 3 axes.

alibi aile bois

Cette version utilise une aile à double dièdre pour plus de stabilité…

Si les premières versions utilisaient des ailes double dièdre coffrées bois, les dernières versions utilisent une aile tout plastique avec quadro-flaps.

alibi red

D’une envergure de 2.50m, et d’une masse de 2.4kg, il utilise désormais l’aile du Quartz. Particulièrement robuste et tolérant, il a permis de former en double commande des centaines de pilotes à la voltige de base, à la voltige inversée et à la voltige composée d’enchainements plus ou moins complexes.

alib vol auto

Le planeur est susceptible d’être motorisé pour ne pas dépendre de conditions aérologiques inadaptées. Il vole donc aussi bien en pente qu’en plaine et gratte de façon convaincante. Ici, cet Alibi est équipé pour le vol guidé automatiquement à partir des références GPS. Sa charge utile et sa robustesse permet d’embarquer aussi bien des caméras que des systèmes de guidage automatiques. Ces manipes ont déjà quelques années et ont préfiguré les drones actuels.

Certains s’étonneront de la fixation des ailes sur le fuselage:

alibi fix ail red

As been pour certains, indispensable pour d’autres en phase d’expérimentation de pilotage automatique ou manuel.

Des bracelets élastiques sont en effet utilisés. Ils permettent la rotation des ailes  en cas de posé non conforme, courant en montagne avec des stagiaires en cours de formation.

Alibi XP

Un Alibi au col du Joly côté aiguille de Roselette. Derrière un Quartz, au fond le Mont Blanc et l’Aiguille des Glaciers.

Avec ce dispositif, il suffit de réajuster la position des ailes, de vérifier les élastiques et ça repart. Ce qui ne serait  pas le cas avec des modèles dépourvus de ce système de fixation d’ailes. Les nombreuses heures de vol et les traitement les plus divers dus aux maladresses des stagiaires ont largement validé le principe.

La finesse est peut-être un peu affectée et l’esthétique est moins flatteuse, mais les heures de vol s’accumulent et le pilote progresse. Les derniers planeurs fournis à de jeunes pilotes voulant progresser leur ont permis de trouver facilement des bulles en plaine et de progresser en voltige sur tout le programme Aresti. Ce que ne permettent pas les gratteurs extrêmes ou les mousses même le plus récentes.

Alibi LD

Ce jeune pilote prenant ici livraison de son planeur est devenu autonome en voltige en montagne.

Il a depuis étudié en TPE l’origine des écarts de résultats entre les prédictions des logiciels de simulation de performance et les mesures acquises en vol. La charge utile de son modèle lui a permis d’embarquer des enregistreurs de données de vol à partir de différents capteurs. GPS, tube de Pitot, accéléromètre, gyromètre et magnétomètres.

Il nous a annoncé après sa classe prépa, avoir intégré une excellente école d’ingénieurs en électronique… Nul doute que son expérience du modélisme et du pilotage en espace naturel lui permettra d’éviter des erreurs dans la concrétisation de ses projets.

 

Publicités